Les différences entre le statut LMP et LMNP

Statut LMP et LMNP

Publié le : 28 avril 20206 mins de lecture

L’investissement dans le domaine de l’immobilier attire des milliers de Français. Les particuliers ou professionnels qui disposent des biens immobiliers se concentrent dans la location afin d’en tirer profit. Alors que vous souhaitez démarrer votre projet en immobilier locatif, il est important de respecter quelques procédures. Commencez par maîtriser les points qui opposent le statut LMP et LMNP.

Le statut LMP, un titre pour les professionnels

Le statut de loueur en meublé professionnel, connu sous l’acronyme LMP, désigne un type de contrat qui régit les investisseurs qui se lancent dans la location meublée. Afin d’obtenir ce titre, la recette locative doit afficher une somme supérieure à 23 000 euros par an. En parallèle, il doit présenter plus de 50% du revenu professionnel de l’investisseur grâce à ses activités quotidiennes. Avant la demande du statut, l’investisseur doit être inscrit au registre du commerce et des sociétés (RCS). 

Pour Julien Vautel, un expert dans le domaine de la gestion du patrimoine, le statut LMP propose une fiscalité avantageuse. L’investisseur bénéficiera d’un remboursement du TVA du prix d’achat de son bien immobilier s’il transforme son local en une résidence de services. L’équipe de Julien Vautel ne cesse de rappeler les investisseurs sur la mise en garde contre les risques de moins-values. Cela pourrait n’apparaître qu’au moment de la revente du bien immobilier meublé. Afin d’éviter les imprévus, il est recommandé d’engager un conseiller en gestion de patrimoine. Un avocat ou un expert-comptable est également capable de vous aider. Avec l’assistance d’un professionnel, vous ne risquez pas de rater votre recette locative. Vous obtiendrez également des précieux conseils pour augmenter vos revenus tirés de vos biens immobiliers. 

Le statut LMNP, un régime adapté aux particuliers

Le statut LMNP ou loueur en meublé non professionnel concerne les particuliers qui se lancent dans l’immobilier locatif. Si vous êtes propriétaire d’une maison meublée libre, vous pouvez le louer à un tiers. Les conditions d’éligibilité pour obtenir ce statut s’avèrent très simples. Le particulier bénéficiera d’un titre LMNP si ses revenus obtenus par le loyer affichent un total inférieur à 23 000 euros par an. En fait, aucune valeur exacte n’est déterminée pour le montant minimal de la recette locative annuelle. 

Par ailleurs, le loueur est soumis à quelques conditions importantes. Le logement à louer doit être meublée. Le locataire ne devrait penser qu’à ses vêtements et ses accessoires pour une location saisonnière de votre bien immobilier. Equipez le local d’un lit avec couverture, des étagères ou une armoire de rangement, des tables et des chaises, des luminaires ainsi que des ustensiles de cuisine. Afin d’avoir en main votre statut LMNP au plus vite, il convient de demander un numéro SIRET auprès du Tribunal du Commerce. Vous devez entamer les procédures dans les 2 semaines qui suivent le début de votre activité de location meublée. 

Des variables sur les taxes et impôts locaux

Depuis l’année 2012, les professionnels disposant d’un statut LMP sont soumis au régime des régimes sociaux des indépendants (RSI). L’investisseur goûte ainsi d’une couverture maladie. Une assurance vieillesse est également au rendez-vous à partir de la retraite. Afin d’atteindre une recette annuelle de plus de 23 000 euros, l’investissement pour la réalisation et le lancement du projet immobilier vaut de 400 000 euros au minimum. Cependant, préparez-vous à une taxation élevée. Vous devez payer à l’Etat entre 25 à 35% de votre revenu professionnel. Vous devez acquitter une somme précise tous les mois même en cas de déficit ou d’autres difficultés liées à votre activité. L’équipe de Julien Vautel précise que lorsque le bien immobilier génère une perte pour l’investisseur, la somme perdue peut être imputé sur son revenu global. Quant au statut LMNP, une réduction d’impôts est au programme. Grâce au régime micro-BIC, seulement la moitié de votre revenu locative sera imposée aux taxes. En d’autres termes, un abattement de 50% est au rendez-vous. 

Une différence remarquable sur l’exonération 

Que vous aurez à exercer l’exploitation du statut LMP ou LMNP selon votre situation, vous n’êtes plus obligé d’anéantir ou de réduire le TVA. Seuls les loueurs qui utilisent leur bien immobilier à des fins avantageuses pour la société et ceux qui se baignent dans le secteur de l’hôtellerie doivent obligatoirement payer le TVA. En disposant un statut LMP, si vos recettes locatives n’atteignent pas la somme de 90 000 euros, une exonération totale des gains sont au rendez-vous. Que vous aurez à exercer l’exploitation du statut LMP ou LMNP selon votre situation, vous n’êtes plus obligé d’anéantir ou de réduire le TVA. Les loueurs qui utilisent leur bien immobilier à des fins avantageuses pour la société et ceux qui se baignent dans le secteur de l’hôtellerie doivent obligatoirement à payer. En disposant un statut LMP, si vos recettes locatives n’atteignent pas la somme de 90 000 euros, une exonération totale des gains sont au rendez-vous.

Les biens immobiliers dans le cadre du régime LMP échappent à une exonération de l’impôt sur la fortune (ISF). Julien Vautel justifie cette affirmation car les maisons louées par les investisseurs sont considérées comme des biens professionnels non des biens particuliers. 

Plan du site