Le métier de compliance officer

Le métier de compliance officer

Publié le : 19 août 20205 mins de lecture

Il est des métiers qui naissent de la dérive des hommes, celui de compliance officer ou responsable de la conformité en est un. Subprimes, affaire Kerviel, Panama Papers ont en effet conduit le secteur financier et bancaire à prendre des mesures. Tour à tour, contrôleur interne et auditeur, ce professionnel veille à l’application des mesures mises en place pour une protection plus soutenue des banques et de leurs clients. Dédiée à une seule personne dans les petites structures, cette fonction peut être assurée par un département tout entier dans les grandes banques.

Les différentes tâches du compliance officer

Deux grandes lignes constituent son rôle. Le premier concerne l’établissement bancaire pour lequel il doit contrôler l’application des procédures dont les organismes doivent s’acquitter pour être en conformité. Mais, il doit aussi veiller à l’application stricte de ces règles par le personnel visé.

En ce qui concerne ce deuxième pan de son activité, le compliance officer remplit une mission de contrôle mais aussi d’assistance. Il forme en effet les employés aux différentes règles mais éveille aussi leur conscience sur les manquements possibles et sur leurs éventuelles sanctions. Par ailleurs, l’intégrité du personnel et la bonne exécution du code de déontologie sont un souci permanent pour lui.

D’autre part, le contrôle s’effectue aussi au niveau des opérations de blanchiment d’argent, des délits d’initiés ou des abus de marchés « repérés ». Tous les dossiers soupçonneux sont immédiatement transmis à une cellule de traitement des informations financières qui mène des investigations plus poussées.

La bonne exécution des règles MIFID est devenue capitale pour maintenir une réputation stable dans un établissement bancaire. Cette directive impose depuis 2007, une connaissance parfaite du profil des clients. Mais, elle leur doit aussi une parfaite information sur les produits financiers, avec notamment tous les risques qu’ils comportent. Remise au goût du jour en 2018 pour encore plus de transparence, elle concerne aussi les marchés de gré à gré, les gestionnaires de fortunes, les produits dérivés et les placements et exécutions d’ordres boursiers entre autres.

C’est aussi au contrôleur que revient la gestion des plaintes et des réclamations émises par les clients.

Le compliance officer a ainsi en main toute la bonne gestion des organismes bancaires quant au respect des règles édictées par les lois assurant une transparence des marchés financiers.

Les qualités du responsable de conformité

Souvent pris entre deux feux, son capital de gestion du stress doit être important. Les pressions des clients qui se voient refuser l’ouverture d’un compte ou soumis à sa fermeture après une suspicion de mouvements frauduleux sont courantes. Mais, il arrive aussi qu’il refuse de collaborer avec un acteur économique suspect, provoquant son mécontentement.

Pour parvenir à maintenir son établissement hors de tout soupçon, le compliance officer est capable de mettre en place des outils de veille, d’alerte et des contrôles de conformité. Sa propension à analyser les résultats des procédures élaborées est donc un atout majeur pour réagir au plus vite. Toutes ces opérations demandent de plus, une méthodologie parfaite.

Prises de décisions opérationnelles, tactiques et stratégiques, font partie intégrante de son rôle. Il est le gendarme de la conformité d’ailleurs souvent rattaché directement à la Direction. Ses solides connaissances dans le domaine juridique mais aussi managérial en font un référent incontournable.

La diplomatie et la pédagogie sont deux qualités indispensables pour réussir à faire « passer » les messages au sein des équipes concernés par l’application des directives. Mais, la rigueur, la probité et une capacité à travailler en groupe ou seul rendront aussi le travail plus facile.

Les diplômes

Ce métier est souvent choisi par des personnes ayant une expérience en audit. Il est donc rarement un premier poste. Les candidats à cet emploi sont généralement titulaires d’un master en droit des affaires et gestion avec une mention finance d’entreprise et des marchés ou une spécialité en droit des affaires et de l’entreprise.

Ce métier est en évolution constante et en plein essor. Les banques et les différents organismes bancaires n’ont plus le choix de s’attacher les services de ce garant de la conformité. La multiplication des normes règlementaires applicables induit des embauches de plus en plus nombreuses et exigeantes. En effet, aucun à peu près n’est acceptable dans ce domaine, il en va de la réputation d’un établissement bancaire.

Plan du site